1 2 3 4 5 6 7 8 9 ... 24

CHAPITRE IV - Une délibération du Conseil Général signalait cet ouvrage; voici copie de cette délibération

səhifə4/24
tarix18.04.2018
ölçüsü0.97 Mb.

CHAPITRE IV

Le R. F. Louis-Marie dans ses Circulaires (suite) : 1° Dévotion au Saint-Esprit. — 2° La gloire due à Dieu. — 3° Réflexions sur la fête de la Visitation de la Sainte Vierge. — 4° La vocation fervente. — 5° Souvenirs de foi.


I

DÉVOTION AU SAINT-ESPRIT.


Le 21 juin 1866, le R. F. Louis-Marie fixait les Retraites de cette année par une Circulaire dont nous avons extrait ce qui suit, sur la Dévotion au Saint-Esprit.
Plus que jamais nous avons besoin d'attirer sur nous et sur toutes nos maisons les grâces et les miséricordes du bon Dieu, pour échapper aux pièges, aux embûches de tous genres que le monde et le démon semblent multiplier sous tous nos pas. Je ne puis vous le dissimuler, M. T. C. F., il me vient souvent en pensée que l'ennemi de tout bien a fait contre nous la même demande qu'il fit autrefois contre les Apôtres, que Satan a demandé à nous cribler aussi comme on crible le froment, et qu'il a reçu pouvoir de nous tenter d'une manière extraordinaire.

Ne le voit-on pas aux assauts redoublés que subissent les meilleurs Frères, ceux mêmes qui, par leur piété et leur ferveur, sont comme le grain choisi, le froment pur de la religion? Ne le reconnaît-on pas surtout à la séparation visible qui se fait des bons Frères, des vrais religieux, de ceux qui n'en ont que l'habit et l'apparence?

Que deviennent, je vous le demande, les Frères relâchés et mondains, les Frères tièdes et irréguliers, les Frères sans piété et sans esprit religieux? En est-il un seul qui échappe à la séduction des mauvais exemples, à l'entraînement des passions, aux tromperies du monde et du démon? Non, il n'en est point ; on les voit tous disparaître les uns après les autres, sans que ni l'âge, ni l'ancienneté, ni les engagements et les emplois, ni aucune considération du temps ou de l'éternité, puissent les arrêter et les retenir. Le mot du pieux Fondateur revient toujours : On ne meurt pas en religion quand on ne vit pas en religieux.

C'est donc pour vous avertir tous que je vous fais ces réflexions ; c'est pour vous faire comprendre que nous devons être franchement à Dieu, à la Règle, à tous nos devoirs, et que nul d’entre nous, s'il tient à sa vocation, ne peut vivre dans le relâchement et la tiédeur, dans la négligence, l'irrégularité et la mondanité..

C'est pour vous inspirer le désir et la volonté de vous renouveler, par une bonne et sainte Retraite, dans l'esprit de piété et de ferveur, dans les principes dé la foi et du salut; de vous affermir de plus en plus dans la haine du péché, l'amour et la pratique de la vertu, l'estime et l'amour de votre sainte vocation, la fidélité à tous les devoirs qu'elle nous impose.

Mais quel moyen particulier devons-nous prendre pour entrer dans cet esprit, pour arriver à ce renouvellement spirituel qui nous est si nécessaire? Je n'en vois point de plus efficace, e mieux approprié à nos besoins que celui qui nous est proposé par le vénérable Curé d'Ars : Le recours au Saint-Esprit.

« Sans le Saint-Esprit, tout est froid, disait ce saint Prêtre aux fidèle accourus pour l'entendre ; aussi, lorsqu'on sent que la ferveur s se perd, il faut vite recourir au Saint-Esprit, faire une neuvaine au Saint-Esprit pour demander la foi et l'amour... Voyez, lorsqu'on fait une retraite ou un jubilé, on est plein de bons désirs : ces bons désirs sont le souffle de l'Esprit Saint qui a passé sur notre âme et qui a tout renouvelé, comme ce vent chaud qui fond la glace et ramène le printemps...

Vous, qui n'êtes pas cependant de grands saints, vous avez bien présenté des moments où vous goûtez les douceurs de la prière et de la présence de Dieu ; ce sont les visites du Saint-Esprit. Quand on a le Saint-Esprit, le cœur se dilate, et se trouve tout embrasé d'amour, tout renouvelé. »

Nous le répétons nous-mêmes tous les jours avec le Psalmiste : Vous enverrez de nouveau l'esprit créateur. et renouvellerez ainsi la face de la terre (Ps. CIII, 30) ; vous renouvellerez les esprits et les cœurs ; vous purifierez les âmes et vous les sanctifierez.

Venez, Esprit-Saint, nous fait chanter l'Eglise au jour de Pentecôte : lavez ce qui est souillé, arrosez ce qui est aride, guérissez ce qui est blessé, amollissez ce qui est dur, réchauffez ce qui est froid , ramenez ce qui est égaré ; et elle conclut la Messe de ce jour par cette magnifique oraison : Que votre Saint-Esprit, Seigneur, se répande dans tous nos cœurs, et qu'il les purifie ; qu'il les pénètre de sa céleste rosée, et qu'il les rende féconds en bonnes œuvres, par J.-C. N.-S.

C'est l'accomplissement de la promesse que Dieu fait dans Ezéchiel : leur donnerai à tous un mime cœur, et je répandrai dans leurs entrailles un Esprit nouveau ; j'ôterai de leur chair le cœur de pierre, a je leur donnerai un cœur de chair, afin qu'ils marchent dans la voie de mes préceptes, qu'ils gardent mes jugements et qu'ils les observent, qu'ils soient mon peuple, et que je sois leur Dieu. (Ezéch., XI, 19, 20.)

C'est donc à l'Esprit-Saint que nous nous adresserons tout particulièrement pour nous disposer à nos retraites, et obtenir qu'elles raniment dans toutes nos maisons, dans tous les membres de la Congrégation, l'esprit de piété et de ferveur.

Le saint Curé d'Ars dont je viens de vous parler, était admirable dans ses catéchismes ; mais il l'était surtout lorsqu'il avait à parler du Saint-Esprit. C'était, dit l'auteur de sa Vie, un des sujets qu'il traitait avec prédilection, et sur lequel on peut dire qu'il a été le plus magnifiquement inspiré. Laissez-moi, M. T. C. F., vous transcrire ici, telles qu'on a pu les recueillir, quelques-unes des profondes pensées, des sublimes considérations échappées de, la bouche et du cœur de ce saint prêtre. Elles ne peuvent manquer de servir puissamment à la fin que bous nous proposons, en nous excitant tous à désirer la venue du Saint-Esprit dans nos âmes, en nous faisant comprendre l'extrême besoin que nous en avons.

« L'homme, disait le bon Curé, n'est rien par lui-même; mais il est beaucoup par l'Esprit-Saint. L'homme est tout terrestre et tout animal : il n'y a que l'Esprit-Saint qui puisse élever son âme et la porter en haut. Pourquoi les saints étaient-ils si détachés de la terre ? Parce qu'ils se laissaient conduire par le Saint-Esprit. Ceux qui sont conduits par le Saint-Esprit, ont des idées justes, ils ne peuvent se tromper, parce qu'ils sont conduits par un Dieu de lumière et de force.

« Oui, l'Esprit-Saint est une lumière et une force ; c'est lui qui nous fait distinguer le vrai du faux et le bien du mal. Avec le Saint-Esprit on voit tout en grand, on voit la grandeur des moindres actions faites pour Dieu, et la grandeur des moindres fautes commises contre sa Majesté. Comme un horloger, avec ses lunettes, distingue les plus petits rouages d'une montre, avec les lumières du Saint-Esprit nous distinguons tous les détails de notre pauvre vie. Alors, les moindres imperfections paraissent très grosses, les moindres péchés font horreur. C'est pourquoi la sainte Vierge n'a jamais péché : l'Esprit-Saint lui faisait comprendre la laideur du mal ; elle frémissait d'épouvante devant la moindre faute.

« Ceux qui ont l'Esprit-Saint ne peuvent pas se sentir, tellement ils connaissent leur pauvre misère. Les orgueilleux sont ceux qui n'ont pas l'Esprit-Saint.

« Les gens du monde, et les religieux qui en prennent les sentiments, n'ont pas l'Esprit-Saint ; ou s'ils l'ont, ils ne l'ont qu'en passant, il ne s'arrête pas chez eux : le bruit du monde le fait partir. Un chrétien, un religieux, qui est conduit par l'Esprit-Saint, n'a pas de peiné à laisser les biens du monde pour courir après les biens du ciel : il sait faire la différence.

« L'œil du monde ne voit pas plus loin que la vie, comme le mien ne voit pas plus loin que ce mur, quand la porte de l'église est fermée. L'œil du chrétien voit jusqu'au fond de l'éternité

« Pour l'homme qui se laisse conduire par le Saint-Esprit, il semble qu'il n'y a point de monde ; pour le monde, il semble qu'il n'y a pas de Dieu... Il s'agit donc de savoir qui nous conduit. Si ce n'est pas l'Esprit-Saint, nous avons beau faire, il n'y a ni substance ni saveur dans tout ce que nous faisons ; si c'est l'Esprit- Saint, il y a une douceur' moelleuse... c'est à mourir de plaisir !

« Ceux qui se laissent conduire par le Saint-Esprit, éprouvent toute sorte de bonheur au dedans d'eux-mêmes, tandis que les mauvais chrétiens, les mauvais religieux, se roulent sur les épines et les cailloux.

« Une âme qui a le Saint-Esprit ne s'ennuie jamais en la présence de Dieu ; il sort de son cœur une transpiration d'amour.

« Sans le Saint-Esprit, nous sommes comme une pierre de chemin-.. Prenez dans une main une éponge imbibée d'eau, et dans l'autre un petit caillou; pressez-les également : il ne sortira rien du caillou, et de l'éponge vous ferez sortir de l'eau en abondance. L'éponge, c'est l'âme remplie du Saint-Esprit ; le caillou, c'est le cœur froid et sec où le Saint-Esprit n'habite pas.

« Une âme qui possède le Saint-Esprit, goûte une saveur dans la prière qui fait qu'elle en trouve le temps toujours trop court ; elle ne perd jamais la sainte présence de Dieu. Son cœur devant notre bon Sauveur, au Saint Sacrement de l'autel, est comme un raisin sous le pressoir.

« C'est le Saint-Esprit qui forme les pensées dans le cœur des justes, et qui engendre les paroles... Ceux qui ont le Saint-Esprit ne produisent rien de mauvais : tous les fruits du Saint-Esprit sont bons.

« Le poisson ne se plaint jamais d'avoir trop d'eau : de même le bon chrétien, et à plus forte raison le bon religieux, ne se plaint jamais d'être trop longtemps avec le bon Dieu. Il y en a qui trouvent la religion ennuyeuse : c'est qu'ils n'ont pas le Saint-Esprit.

« Si l'on disait aux damnés : Pourquoi êtes-vous en enfer? ils répondraient : Pour avoir résisté au Saint-Esprit. Et si l'on disait aux saints : Pourquoi êtes-vous au ciel? ils répondraient : Pour avoir écouté le Saint-Esprit. Quand il nous vient de bonnes pensées, c'est le Saint-Esprit qui nous visite.

« Le Saint-Esprit est une force. C'est le Saint-Esprit qui soutenait saint Siméon sur sa colonne ; c'est lui qui soutenait les martyrs. Sans le Saint-Esprit, les martyrs seraient tombés comme

la feuille des arbres. Quand on allumait contre eux les bûchers, le Saint-Esprit éteignait la chaleur du feu par la chaleur de l'amour divin.

« Le bon Dieu, en nous envoyant le Saint-Esprit, a fait à notre égard comme un grand roi qui chargerait un de ses ministres de conduire un de ses sujets, disant : « Vous accompagnerez cet homme partout, et vous me le ramènerez sain et sauf. » Que c'est beau, mes enfants, d'être accompagné par le Saint-Esprit! C'est un bon guide que celui-là... Et dire qu'il y en a qui ne veulent pas suivre !

« Le Saint-Esprit est comme un homme qui aurait une voiture avec un bon cheval, et qui voudrait nous conduire à Paris. Nous n'aurions qu'à dire oui et à monter dedans. C'est bien une belle affaire que de dire oui !... Eh bien ! le Saint-Esprit veut nous mener au ciel : nous n'avons qu'à nous laisser conduire.

« Le Saint-Esprit est comme un jardinier qui travaille notre âme... Le Saint-Esprit est notre domestique.

« Voilà un fusil, bon ! vous le chargez ; mais il faut quelqu'un pour y mettre le feu et pour le faire partir... De même, il y a en nous de quoi faire le bien... C'est le Saint-Esprit qui met le feu, et les bonnes œuvres partent.

« Le Saint-Esprit repose dans les âmes justes comme la colombe dans son nid il couve les bons désirs dans une âme pure, comme la colombe couve ses petits.

« L'Esprit-Saint nous conduit comme une mère conduit son enfant de deux ans par la main, comme une personne qui y voit conduit un aveugle.

« Les sacrements que Notre-Seigneur a institués ne nous auraient pas sauvés sans le Saint-Esprit ; la mort même de Notre-Seigneur nous aurait été inutile sans lui. C'est pourquoi Notre-Seigneur a dit à ses apôtres : Il vous est utile que je m'en aide ; car si je ne m'en vais point, le Consolateur ne viendra point à vous. Il fallait que la descente du Saint-Esprit vînt faire fructifier cette moisson de grâces. C'est comme un grain de blé : vous le jetez en terre, bon ! mais il faut le soleil et la pluie pour le faire lever et monter en épi.

« Il faudrait dire chaque matin : Mon Dieu, envoyez-moi votre Esprit qui me fasse connaître ce que je suis et ce que vous êtes. » • Pénétrés de ces sentiments; M. T. C. F., et nous confiant au puissant crédit du saint Prêtre de qui nous les recevons, unissons-nous tous, dans un même sentiment de foi et de piété, pour attirer en nous l'Esprit-Saint avec ses dons et ses grâces.

Conjurons ce Dieu de lumière et de force d'élever nos âmes, de les détacher de la terre et de les porter en haut ; d'éclairer nos esprits et de nous donner sur toutes choses des idées justes, un sens droit, le vrai discernement, afin que nous ayons du péché cette horreur profonde qui fait qu'on tremble à la seule apparence du mal, qu'on redoute jusqu'aux moindres imperfections.

Supplions le Saint-Esprit de conserver dans nos maisons la paix, l'union, l'ordre et la soumission, le bon esprit, en bannissant l'orgueil du milieu de nous, en donnant à chacun une connaissance telle de sa pauvre misère qu'il ne puisse pas se sentir, qu'il craigne toujours de ne pas se montrer assez patient, assez charitable, assez soumis, assez dévoué dans son état et son emploi.

Demandons au Saint-Esprit cet œil chrétien qui voit jusqu'au fond de l'éternité, cet œil de la foi qui, ne considérant point les choses visibles, mais les invisibles, ne laisse que du mépris pour la figure trompeuse de ce monde, et fait qu'on se demande toujours et en tout, comme saint Louis de Gonzague : Qu'est-ce que cela pour l'éternité ?

Qu'est-ce qua ce travail si court, cette privation si légère, cette humiliation d'un jour, en présence des plaisirs purs, des richesses infinies, des honneurs suprêmes du paradis, qui doivent en être le prix? Non, dit le grand Apôtre, les souffrances de la vie présente n'ont aucune proportion avec cette gloire qui doit un jour éclater en nous ; car, ajoute-t-il ailleurs, les afflictions si courtes et si légères de la vie présente nous produisent le poids éternel d'une sublime et incomparable gloire.

Qu'est-ce que ce vain plaisir, cette basse satisfaction, cette place, cette dignité, cette fortune, si l'on doit les acheter par la perte éternelle de son âme, par les supplices éternels de l'enfer ? Que sert à. un homme de gagner le monde entier, dit Jésus-Christ, la souveraine Vérité, s'il vient à perdre son âme? Que donnera-t-il en échange pour elle ? (Math., XVI, 28.)

Pour qui comprend ces vérités, pour qui les a une fois senties, une fois goûtées, les séductions du vice, les difficultés du bien, disparaissent pour ainsi dire. On ne conçoit même plus la possibilité de suivre une autre voie que celle du sacrifice, de prendre un autre chemin que celui de la croix. On se dévoue, on s'immole, on compte pour rien les peines et les travaux, dominé, attiré que l'on est par la perspective d'un bonheur éternel à gagner, d'un malheur éternel à éviter.

Mais hélas ! en combien de chrétiens, et même en combien de religieux, la foi aux grandes vérités du salut est-elle faible, languissante, inefficace ! Combien dont l'édifice spirituel, n'étant pas fondé sur ce roc inébranlable, est détruit au premier choc, renversé au premier vent ! Combien qui tombent comme la feuille des arbres, parce que leur conviction, leur foi sans racine, sans profondeur, les laisse sans force, sans constance !

Oui, M. T. C. F., prions, conjurons le divin Esprit de faire luire sans interruption, aux yeux de notre âme, le flambeau des vérités saintes, de nous faire avancer toujours dans la carrière de la vie religieuse à la lumière de ces vérités. Nous ne pouvons espérer autrement la victoire dans les combats, la persévérance dans le bien. Tous ceux qui sont nés de Dieu, dit saint Jean, qui sont conduits par son esprit, sont victorieux du inonde, et ce qui nous fait remporter la victoire sur le monde, c'est notre foi.

Demandons aussi, M. T. C. F., et demandons avec instance à l'Esprit-Saint d'être toujours avec nous, de nous conduire et de nous diriger en tout, puisque seul il donne de la substance et de la saveur à ce que nous faisons ; seul, il nous fait trouver le bonheur au dedans de nous-mêmes ; seul, il nous fait aimer la prière, la présence de Dieu, les sacrements ; seul, enfin, il nous donne et nous conserve ce cœur tendre et aimant, ce cœur bon et dilaté sans lequel, dit saint Liguori, on ne peut observer les Conseils évangéliques, ni même garder les préceptes divins.

Ceux-là surtout doivent se hâter de demander le Saint-Esprit, qui sentent leur conscience affaiblie, leur haine pour le péché équivoque et douteuse, leurs sens spirituels comme émoussés et perdus; qui se trouvent, par suite, sans force pour faire le bien, sans énergie pour résister au mal, sans goût pour les choses de Dieu.

Il n'y a pas d'état plus dangereux, dit le Père Thomas de Jésus, pas de plus mauvaise marque, que de perdre entièrement le goût des choses célestes ; car Dieu a donné à toutes les facultés de notre corps et de notre âme le goût des objets qui leur conviennent, afin qu'elles les désirent avec plus d'ardeur, qu'elles les reçoivent avec plus de désir, et qu'elles en jouissent avec plus d'utilité. De là vient, selon le témoignage de l'Ecriture, que l'œil ne se lasse pas de voir, ni l'oreille d'entendre. Il en est de même des autres sens ; et, dès que l'un d'eux ne désire et ne goûte plus ce qui lui est propre, comme si l'œil refuse de voir et l'oreille d'entendre, on peut assurer qu'il est fort malade ou entièrement détruit.

Ainsi, quand l'âme, que les seuls biens éternels peuvent rassasier, toute occupée des affections terrestres, vient à perdre le goût des vérités célestes, qu'elle y est insensible, indifférente, qu'elle en a du dégoût et de l'aversion, elle est dans un péril évident de se perdre. Ce mal que les saints appellent insensibilité est celui dont Dieu se plaint par la bouche de ses prophètes, lorsqu'il dit qu'il a appelé et qu'il n'a point été entendu, qu'il a châtié et qu'on ne s'et point corrigé, qu'il a frappé et qu'on ne l'a point senti.

Prenons garde, M. T. C. F., de tomber dans cet aveuglement, dans cette dureté, dans cette insensibilité, qui peut aller, dans un religieux, jusqu'à lui faire perdre le sens, à le jeter dans des excès monstrueux où périssent, en même temps, et l'honneur et la vertu. On y arrive par la résistance au Saint-Esprit, par la négligence des petites choses, par les infidélités répétées et prolongées, par une longue et générale tiédeur; et on ne petit en sortir que par une abondante effusion des lumières et des grâces du Saint-Esprit.

Je le répète donc pour tous, excitons-nous à un ardent désir d'attirer le Saint-Esprit dans nos âmes, demandons-le avec ferveur et persévérance ; et, pour mériter qu'il nous exauce, appliquons-nous de toutes nos forces à recevoir ses lumières, à écouter ses inspirations, à suivre sa divine direction. C'est la grande recommandation de l'Apôtre : N'éteignez point l'Esprit, dit-il aux Thessaloniciens ne contristez point l'Esprit de Dieu, ajoute-t-il aux Ephésiens, cet Esprit-Saint, par lequel vous avez été marqués comme d'un sceau pour le jour de la Rédemption. »


Il

SUR LA GLOIRE DUE A DIEU.


En réponse aux vœux de bonne année des Frères, le R. F. Louis-Marie adressa à la date du 2 février 1869, une Circulaire traitant de la gloire qui est due à Dieu.

La pensée de traiter ce sujet lui est venue, dit-il, des anges mêmes chantant à la naissance du Messie : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.

1 — Voulons-nous être heureux? Voulons-nous que notre année, que notre vié entière s'écoule dans la paix et le contentement ? Nous n'avons qu'à faire la part de Dieu et à lui laisser faire la nôtre ; à nous occuper, comme Notre-Seigneur, des affaires de Dieu, de ce qui regarde le service de Dieu, lui laissant et lui confiant tout le soin de nos propres affaires.

Nos affaires iront d'autant mieux, la part que Dieu nous fera, dans le présent comme dans l'avenir, sera d'autant plus riche, d'autant plus abondante, que nous nous oublierons davantage nous-mêmes, pour ne penser qu'à lui, ne chercher que lui, lui donner, librement, et volontairement, en tout et toujours, la plus grande part possible. Seigneur, vous serez bon avec celui qui est bon,... libéral avec celui qui est libéral. (Ps. XVII, 27.)

Chercher la gloire de Dieu, sa sainte volonté, son bon plaisir, son pur amour, ce qui est le comble du mérite et de la perfection, c'est mettre Dieu lui-même dans la nécessité de procurer notre propre gloire, d'accomplir notre propre volonté et jusqu'à nos moindres désirs. Dieu, dit le Roi-Prophète, accomplira la volonté de ceux qui le craignent, il exaucera leurs prières et les saucera. (Ps. CIV, 19.) Il ira au-devant de leurs moindres désirs ; il entendra les dispositions, la préparation de leur cœur. (Ps. X, 17.)

Bien insensé serait celui qui voudrait être l'artisan de sa gloire et de sa fidélité. Que peut l'homme pour son propre bonheur, l'homme, être si faible, si pauvre, si ignorant, si misérable? Dieu au contraire, que ne peut-il pas pour nous glorifier et nous rendre heureux ; Dieu qui a tout fait, et à qui tout appartient dans le temps et dans l'éternité ; Dieu qui met .au service de nos intérêts quand nous prenons les siens, toute sa puissance, toute sa sagesse et toute sa bonté?

A Dieu donc et à Dieu seul l'honneur et la gloire de tout ! A Dieu toute louange, toute adoration, tout amour, toute action de grâces, pour le bien reçu et accompli, pour tout bien du corps et de l'âme, du temps et de l'éternité. Je ne donnerai pas ma gloire à un autre, nous dit-il dans Isaïe.

Mais notre part à nous, quelle sera-t-elle Les anges nous l'annoncent par ces paroles : Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, à ceux qui sauront, respecter les droits de Dieu et lui faire hommage, lui rendre gloire de tout, d'eux-mêmes et de leurs œuvres. C'est la paix de Dieu, laquelle, au dire du grand Apôtre, surpasse tout sentiment ; c'est le centuple de tout ce que nous pouvons faire et souffrir pour lui ; c'est la bénédiction de Dieu sur toutes choses, sur le temporel comme sur le spirituel. Puis, pour l'éternité; c'est le droit à des richesses immenses, à des délices infinies, à des honneurs incomparables, à la possession de Dieu même : droit certain, droit de justice, dont Jésus-Christ nous. donne l'assurance : En vérité, je vous le dis, quiconque donnera seulement un verre d'eau froide à l'un de ces petits, parce qu'il est mon disciple, il ne perdra pas sa récompense. (Math., X, 42.)

Jamais Dieu ne reste en arrière avec nous, jamais il ne se laisse vaincre en générosité et en amour.

Un jeune Frère, sur le point d'aller communier, parlait ainsi à Notre-Seigneur : « O Seigneur Jésus, c'est pour vous seul, oui, pour vous seul, que j'accepte cette mesure, cette disposition qui me jette, depuis vingt-quatre heures, dans une si épouvantable agitation. Nul autre au monde ne pourrait m'y déterminer ; mais c'est fait : pour vous, ô mon Dieu, je boirai ce calice et je le boirai jusqu'à la lie. Venez à moi et bénissez-moi. » A l'instant même, une joie toute divine inonde son âme, un calme parfait lui est rendu, et il communie avec une ferveur extraordinaire. En même temps, il reçut pour sa vocation, pour ses vœux, pour toutes les positions et pour tous les emplois, une force et un courage, des dispositions d'esprit et de cœur qu'il n'avait jamais connues jusque-là.

2 - Pour procurer la gloire de Dieu, il faut imiter Jésus-Christ, dont toutes les actions et toute la vie ont eu pour fin principale la gloire de son Père. Tous nous avons à faire le portrait de Jésus-Christ, par l'imitation de ses vertus ; à le reproduire en nous, par la conformité de notre vie avec la sienne ; à nous former sur son image, à le copier trait pour trait dans nos pensées, nos affections, nos paroles et toutes nos œuvres. Je vous ai donné l'exemple, nous dit-il, afin que vous fassiez ce que j'ai fait. Saint Paul nous avertit que tous ceux que Dieu a connus dans sa prescience, pour être du nombre des élus, il les a aussi prédestinés pour être conformes d l'image de son Fils, afin qu'il soit lui-même le premier né entre plusieurs frères. (Rom., VIII, 29)

Point de salut sans la ressemblance avec Notre-Seigneur. L'obligation est pour tous. C'est en suivant Jésus-Christ et en l'imitant qu'on va de l'infinie bassesse, qui est le péché, à l'infinie grandeur, qui est Dieu ; mais, dans le cours ordinaire de la grâce et du salut, on n'y arrive pas d'un bond, on y monte par degrés. La volonté sincère, le désir ardent d'imiter Jésus-Christ, de nous former sur ce divin modèle, nous porte aujourd'hui à un acte de vertu, demain à un autre acte de vertu; aujourd'hui au support d'une peine, demain au support d'une autre peine ; aujourd'hui au combat d'une tentation, demain au combat d'une autre tentation ; tous les jours, en un mot, et plusieurs fois par jour, à quelques nouveaux efforts, ou pour faire le bien, ou pour résister au péché, ou pour souffrir quelque chose, en vue de ressembler à Jésus-Christ. C'est par ces actes quotidiens que le divin portrait se prépare, se commence, s'ébauche ; c'est par ces mêmes actes, répétés et prolongés, qu'il se continue et se perfectionne. Chacun de ces actes est comme un pas de plus fait vers Jésus-Christ, un trait de ressemblance de plus avec son adorable personne. La grâce prévenant et secondant tous nos efforts, l'âme se trouve bientôt comme toute rapprochée de Jésus-Christ pénétrée de son esprit, portée à l'aimer, désireuse de l'étudier et de le connaître, tout appliquée à le considérer et à le méditer ; heureuse de le recevoir, de le visiter et de l'entretenir; attentive, en un mot, et tout empressée à lui plaire, à croître dans son imitation, par une résistance plus entière aux tentations, par des actes de piété et de vertu plus fervents et plus multipliés.

L'imitation de Jésus-Christ ainsi comprise, ainsi voulue et pratiquée, nous rend faciles le support des peines de notre état, la pratique des vertus, tous les sacrifices qui peuvent nous être demandés. Une âme saintement avide de ressembler à Jésus-Christ aura horreur de l'orgueil, de la désobéissance, de la vie sensuelle, et embrassera volontiers les humiliations, l'obéissance, la pauvreté, la mortification, en considérant que Jésus-Christ, son divin modèle, s'est anéanti jusqu'à prendre la forme d'un esclave ; qu'il a été obéissant jusqu'à la mort et à la mort de la croix, et que toute sa vie n'a été qu'un exercice de patience et d'abnégation, de souffrance et de pauvreté, de peine et de travail, enfin, une croix et un martyre continuel. Pour cette âme, les privations et les déplaisirs, les peines et les difficultés de l'enseignement, l'assujettissement à la règle, les commandements difficiles, les paroles blessantes et mille autres choses qui coûtent à la nature, sont les occasions d'excellents coups de pinceau à donner au portrait de son divin Maître.

Pour cela il faut du courage, de la constance, de la générosité, une noble ardeur, ct comme une sainte et irrésistible passion de mener à bonne fin cet admirable chef-d’œuvre, qui consiste à faire d'un homme faible et pécheur, tombé et dégénéré, un homme redevenant fort, juste et saint, se refaisant sur le modèle de l'Homme-Dieu, et, par la grâce et ses efforts, se transformant en Jésus-Christ, devenant un autre Jésus-Christ.

Il faut faire comme le peintre et le sculpteur qui ont entrepris l'un le tableau, l'autre la statue, dont ils ont résolu de faire leur chef-d’œuvre. Quelle application ils y apportent ! Quels soins ! quelle attention ! Ils se pénètrent de leur sujet, ils l'étudient à fond, ils ne voient que la personne ou le modèle qu'ils ont à reproduire. Sans cesse ils y portent les yeux, et, quand ils ne le voient plus, ils y pensent encore, ils l'ont tout entier dans l'esprit, dans la mémoire, dans l'imagination. Ne devrions-nous pas faire mille fois plus, infiniment plus, pour peindre, pour former Jésus-Christ en nous? Qu'est-ce qu'une pauvre et vile créature auprès de Jésus-Christ, la Beauté toujours ancienne et toujours nouvelle? Quelle proportion y a-t-il entre cette toile grossière et fragile, ce marbre froid et cassant, où s'exerce le talent des artistes, et notre âme vivante et immortelle, où la foi et l'amour doivent accomplir le divin portrait du Fils de Dieu? Que sont nos pauvres couleurs matérielles, même les plus brillantes, nos formes humaines, même les plus parfaites, auprès des traits adorables, des formes divines dont se revêtent, pour l'éternité, nos âmes et nos corps, nos facultés et nos sens, en se revêtant de Jésus-Christ, par l'imitation de ses vertus, la pratique de ses leçons et de ses exemples?

Si, dans l'imitation de Jésus-Christ, nos efforts ne vont pas jusqu'à surpasser ceux qu'inspire la passion de l'art, il faut du moins mettre tous nos soins à étudier notre divin sujet, Jésus-Christ, son intérieur et son extérieur ; à le pénétrer, à le comprendre, à saisir ses traits adorables et l'esprit de ses mystères ; à voir, non seulement l'extérieur de ses actions, mais l'excellence et la pureté de ses intentions, la perfection de son amour, la beauté et la sainteté infinies de son âme.

A l'exemple du peintre et du sculpteur qui prennent tous les moyens imaginables pour donner à leur œuvre toute la perfection désirable, un religieux doit s'efforcer de perfectionner son divin portrait, et se rendre compte de chacune de ses pensées, de chacune de ses affections, de toutes ses paroles et actions de chaque jour, pour voir si elles sont en parfaite harmonie avec celles de Jésus-Christ, et si elles lui donnent quelques, nouveaux traits de ressemblance avec lui. C'est ce dont il peut juger par l'examen particulier et quotidien.

Il doit s'attendre, dans ce saint travail, à toute la fureur de Satan qui, ne pouvant rien contre la personne de Jésus-Christ, son éternel vainqueur, cherche à se venger sur tout ce qui le représente. Il échappera à ses pièges en veillant sur ses sens et ses facultés, en fuyant le monde et en se renfermant dans l'enceinte, doublement forte, de ses Règles et de ses vœux.

C'est un tableau de maître, un portrait accompli qui nous est demandé à nous, religieux, à nous, âmes d'élite, âmes choisies pour représenter le divin Maitre dans sa vie parfaite. A cette fin, nous devons nous nourrir chaque jour de la même nourriture dont s'est nourri Jésus-Christ, la volonté de Dieu, son bon plaisir, qui se trouve dans notre Règle observée dans tous ses points et par amour. Il faut, dans ce saint travail, ne jamais nous lasser ni nous décourager, savoir réparer avec avantage nos oublis et nos manquements, et élever notre courage à la hauteur des difficultés qui se présentent.

Devant un travail si grand, si beau, si divin, les peines ne sont rien, il faut les aimer ; les efforts ne sont rien, il faut les multiplier ; le temps le plus long est court, il n'en faut rien perdre.

Il faut tout faire pour honorer, respecter et abriter l'image adorable du Seigneur Jésus, pour la défendre contre la haine et les insultes de Satan, et ne rien nous permettre, ne rien souffrir qui puisse la souiller, la défigurer. Mais si la malice du démon, abusant de notre faiblesse, nous faisait manquer à ce devoir, et si, par notre faute, la divine image recevait quelque insulte, subissait quelque honteuse souillure, il faudrait aussitôt aller à l'Avocat que nous avons auprès du Père, à Jésus-Christ, demander grâce, réparer notre oubli, et nous hâter de purifier, de relever, de rafraîchir en nous son image.

A l'exemple des artistes qui savent surmonter les plus grandes difficultés pour produire un chef d'œuvre, un religieux, un Petit Frère de Marie ne doit jamais se laisser arrêter par les difficultés, quelque grandes qu'elles soient, qu'il peut rencontrer dans la pratique des vertus de son état, telles que l'humilité, la patience, la mortification, la pureté et autres, qui coûtent extrêmement à la nature. Un seul acte de ces vertus, s'il est pratiqué jusqu'à l'héroïsme, suffit quelquefois pour crucifier en un moment tout l'homme au parfait amour, et pour assurer le succès complet du saint travail de l'Imitation de Jésus-Christ.


III

RÊFLEXIONS SUR LA FÊTE DE LA VISITATION

DE LA SAINTE VIERGE.
Une Circulaire en date du 2 juillet 1871, fixant l'époque des Retraites, contient des réflexions dont nous avons cru bon de donner ici un extrait.
Nous avons tous un souverain intérêt, y est-il dit, à faire notre prochaine retraité avec une ferveur tout extraordinaire. Aujourd'hui, plus que jamais, il faut qu'elle soit une réparation complète du passé, une solide préparation à tout ce que le bon Dieu voudra de nous dans l'avenir, et une bonne assurance au milieu des incertitudes et des appréhensions du moment.

Pour toutes ces fins, Marie nous est donnée comme un tout-puissant secours, et pour le corps et pour l'âme, et pour le temporel et pour le spirituel.

Notre-Seigneur, aux noces de Cana, en commençant sa vie publique, nous donne la preuve manifeste et de la bonté de Marie, à nous assister, dans nos besoins temporels, et du crédit dont elle est investie pour le faire ; mais, au spirituel, objet essentiel de la mission du Sauveur, c'est bien plus tôt qu'il établit Marie la toute-puissante Protectrice des hommes.

A peine formé dans son sein, le Verbe incarné veut qu'elle aille porter le salut à toute la maison de Zacharie, afin que le monde entier sache et comprenne que l'intercession de Marie pour le salut des hommes, a commencé dès l'origine du Christianisme, et que, par Marie, nous sont appliqués toutes les grâces et tous les mérites de l'Incarnation et de la Rédemption. Quel que soit notre état, pécheurs ou justes, tièdes ou fervents, allons à Marie, prenons toute confiance en Marie : elle nous aidera certainement à faire notre retraite ; elle nous l'obtiendra bonne, excellente, toute miraculeuse, s'il le faut, comme autrefois aux Apôtres et aux premiers disciples, qui, tous ensemble, dit saint Luc, animés du même esprit, persévéraient dans la prière, avec Marie, Mère de Jésus.

1 — Si nous sommes pécheurs, Marie sera pour nous, comme pour Jean-Baptiste, un canal de miséricorde, c'est-à-dire de lumières pour débrouiller notre conscience, de courage pour accuser toutes nos fautes, de contrition pour les détester parfaitement, et de ferme propos pour ne plus les commettre. Voyez ce qui se passe dans la Visitation.

A la parole de Marie, l'enfant qu'Elisabeth porte dans son sein reçoit en même temps la connaissance et la raison, la grâce et la foi; il contemple et adore le Verbe fait chair, il tressaille de joie et d'amour. Plongé dans l'aveuglement du péché et dans l'ignorance, il est subitement et divinement éclairé ; de l'esclavage de Satan, il passe à la complète liberté des enfants de Dieu ; des abîmes et de la mort du péché, il monte, en un instant, à la vie de la grâce et aux gloires de la justification. Et c'est du cœur de Jésus, par le canal miséricordieux de Marie, que coulent dans l'âme de Jean-Baptiste cette grâce, cette foi, cette joie spirituelle, tous les dons du Saint-Esprit, toutes sortes de faveurs.

Marie, qui a trouvé grâce pour elle-même et pour nous, vient à nous comme une médiatrice toute-puissante, comme un refuge assuré, pour nous délivrer de nos péchés et nous réconcilier avec son Fils. La retraite nous est donnée pour cela, et Marie nous offre son puissant secours : quelle excuse aurions-nous si nous n'en profitions pas ? Ne laissons aucun point noir dans notre intérieur, faisons-nous une bonne conscience, c'est-à-dire une conscience droite et éclairée sur tous nos devoirs.

Sur nos confessions : aveu, contrition, ferme propos.

Sur la Pauvreté : dépenses excessives, dépenses faites sans permission, courses et voyages irréguliers, objets retenus contre les prescriptions de la Règle, négligences dans le soin de notre vestiaire, du mobilier de nos maisons, des articles de bureau, des provisions de ménage, etc.

Sur la Chasteté : pensées, paroles, désirs, rapports dangereux soit avec les personnes du monde, soit avec les enfants ; libertés quelconques, louches et inquiétantes.

Sur l'Obéissance, demandons-nous si des irrégularités aussi nombreuses, aussi journalières, aussi habituelles, que celles que nous nous permettons à nous-mêmes, ou que nous tolérons dans les autres, contre nos devoirs de Supérieurs et de Directeurs ; demandons-nous très sérieusement si de telles irrégularités n'iraient pas jusqu'au mépris des Règles, jusqu'à troubler notablement, à ruiner même la discipline religieuse, et à attaquer directement la fin de l'état religieux, qui est la tendance à la perfection.

Pas d'illusion, pas de vaines excuses, ni sur les points qui précèdent, ni sur d'autres non moins importants, comme le soin des enfants : surveillance, instruction, éducation ; — pour les Frères Directeurs, la formation et la conservation des Frères : piété, régularité, vocation, instruction, méthodes ; — les rapports mutuels : paroles et actes contre la charité, l'autorité, la vie religieuse, etc. ...

2 — Si nous avons le bonheur d'être fervents, et que nous ne venions à la retraite que pour nous fortifier dans le bien et nous avancer dans la vertu, confions-la également à la sainte Vierge : elle sera pour nous, comme pour Elisabeth, un canal de grâces : elle nous obtiendra comme à sa cousine une abondante effusion des dons du Saint-Esprit : Dès qu'Elisabeth entendit la voix de Marie qui la saluait, elle fut remplie du Saint-Esprit. Oui, avec Marie et par Marie, nous viendront tous les dons de ce divin Esprit, lesquels, en aucun temps, ne nous furent plus nécessaires.

Nécessaire, le don de Sagesse, qui est le premier en excellence, et que Marie a possédé éminemment, puisque l'Eglise l'appelle le Siège de la Sagesse. Combien nous avons besoin de ce don divin qui est la perfection du don d'Intelligence, pour connaître clairement les' choses de Dieu, les apprécier, les estimer souverainement, les goûter, les savourer délicieusement, comme faisait le Roi-Prophète de la loi du Seigneur.

Nécessaire le don d'Intelligence, qui a donné à Marie cette foi vive, cette foi parfaite, dont la félicite sainte Elisabeth : Que vous êtes heureuse d'avoir cru! Le don d'Intelligence nous apportera à nous-mêmes des lumières toutes nouvelles sur les vérités de la foi, nous fera pénétrer plus avant dans la beauté des Mystères, nous facilitera d'une manière extraordinaire la méditation de la loi de Dieu, nous fera entendre, comprendre et conserver avec soin, en les repassant dans notre cœur, comme Marie, tant de saintes paroles, tant de bonnes instructions qui nous sont prodiguées.

Nécessaire, le don de Science, pour faire un bon usage des créatures : écarter et fuir avec horreur toutes celles qui sont capables de nous séduire et de nous perdre ; accepter avec courage et supporter avec constance toutes celles qui nous font souffrir et nous humilient : les croix, la pauvreté, les travaux pour Dieu et pour les âmes, les épreuves de toutes sortes que nous ménage la Providence.

Nécessaire, le don de Conseil, pour ne pas nous laisser prendre aux pièges de Satan et aux tromperies du monde ; pour marcher toujours dans le droit chemin de nos Règles et de nos vœux ; pour éloigner de nous et de nos maisons toute cause de scandale, tout livre et tous rapports dangereux; pour nous conduire nous-mêmes, conduire nos Frères, conduire nos enfants, faire toutes choses avec prudence et discrétion, dans l'humilité et la simplicité des enfants de Dieu ; pour avoir et conserver toujours un profond mépris pour le monde, ses plaisirs, ses biens, ses fêtes et toutes ses vanités ; enfin, une très grande estime et un ardent amour pour notre saint état, qui est pour nous le chemin du ciel et le gage de notre salut éternel.

Nécessaire, le don de Force, qui nous rendra invincibles à tous les assauts de la chair, du monde et du démon ; qui nous remplira de courage et d'ardeur dans l'accomplissement de nos devoirs et l'éducation chrétienne des enfants ; qui nous conservera la paix et la tranquillité au milieu de tous les troubles et de toutes les agitations dont nous pouvons être environnés.

Nécessaire, le don de Crainte, afin de croître sans cesse dans la haine et l'horreur du péché, dans l'appréhension des moindres fautes, clans l'attention et la fidélité à nos moindres Règles, dans un très vif et très filial respect pour la sainte présence de Dieu, à l'exemple des saints qui tremblaient d'entretenir la moindre pensée, de dire la moindre parole, de faire quoi que ce soit, qui pût offenser la divine Majesté, blesser la sainteté infinie de ses regards.

Nécessaire, enfin, le don de Piété. Saint Paul nous dit que la piété est utile à tout, et que c'est à elle que les biens de la vie présente et ceux de la vie future ont été promis. C'est elle qui nous affectionne particulièrement à Dieu, de qui vient toute grâce excellente et tout don parfait ; à Jésus-Christ qui nous les a mérités ; à Marie, à Joseph, aux anges et aux saints, qui nous aident à les obtenir par leur puissante intercession ; à la prière, à l'oraison, à tous nos exercices religieux, dans lesquels nous les demandons ; enfin, à l'Église, à nos Frères et à tous les enfants de Dieu, en union desquels nous prions.

3 — Tout est plein d'instruction dans le mystère de la Visitation. Partout où se trouvent Jésus et Marie, les bénédictions divines ne peuvent manquer d'abonder. C'est la charité, l'amour de Dieu et l'amour des âmes, qui conduit Marie dans la maison de Zacharie et qui l'y retient ; l'humilité la plus profonde ressort de tous ses actes et de toutes ses paroles, et en tout elle s'oublie complètement elle-même. Charité, humilité, abnégation : trois grandes vertus qui, appliquées dans le détail de la vie à une foule d'actes, petits en eux-mêmes, les règlent et les sanctifient. L'ensemble et le détail de ces actes répétés, accomplis en esprit de charité, d'humilité et de mortification, constituent ce que saint François de Sales appelle les petites vertus. Marie, dans la maison de Zacharie, donnait elle-même l'exemple de ces petites vertus, en se montrant toujours pleine de retenue, d'affabilité, de condescendance ; toujours civile, honnête, prévenante, sensible aux moindres soins ; toujours recueillie, unie à Dieu, et d'une aimable et sainte gaieté, qui édifiait et ravissait tout le monde d'admiration.

4 — Un autre enseignement très précieux à tirer du mystère de la Visitation, c'est qu'il faut nous adresser principalement à Marie pour obtenir la connaissance et l'amour de Notre-Seigneur Jésus- Christ, les deux fondements indispensables de toute sainteté, de toute persévérance, de tout véritable zèle, du salut, en un mot.

En effet, c'est à la voix de Marie que Jean-Baptiste, encore dans le sein de sa mère, reçoit à un si haut degré la connaissance de Jésus et son amour, qu'il en tressaille de joie. Qui, mieux que Marie, pourrait d'ailleurs nous donner cette connaissance et cet amour de Jésus, elle en qui l'Esprit-Saint avait concentré toute l'excellence de ses dons, toute la douceur de ses fruits, toute la perfection des vertus, pour rendre, en elle et par elle, au Verbe incarné, les hommages et les adorations, le respect et les louanges, la reconnaissance et l'amour, qui lui sont dus. Il est certain que Marie avait de la personne adorable de Jésus, son Fils et son Dieu, une connaissance si intime, si vive, si profonde et si douce, si affectueuse et si pratique, qu'elle surpassait, en étendue et en perfection, toute celle qu'ont eue et, que pourront jamais avoir. par la grâce et par leurs efforts, tous les docteurs, tous les saints, tous les maîtres de la vie spirituelle ensemble.

En Marie, la connaissance et l'amour allaient de pair; et l'amour lui donna toujours un désir immense et comme infini, de faire connaître et aimer Jésus-Christ. Elle s'en alla en diligence au pays t.des montagnes, à la maison de Zacharie. Là, elle inonde de lumière, elle embrase d'amour, et Elisabeth, et son enfant, et Zacharie, et tous ceux de la maison. On sent, en lisant le récit qu'en donne saint Luc, que ce n'est, parmi ces saints personnages, que transports, que feu divin, que lumières prophétiques, que charité ardente. Oh ! quel ravissant spectacle donne au ciel et à la terre la mai. son de Zacharie, honorée de la visite de Marie ! Qui pourrait dire tout ce que, dans cette visite, l'Esprit-Saint répand de pur, de saint, de fervent, de divin, par la médiation de Marié, dans le cœur de ceux qui ont l'ineffable bonheur de la recevoir? Heureuse la famille, la communauté que la divine Mère, inséparable de. Jésus, son divin Fils, daigne honorer de sa maternelle visite ! Rendons-nous dignes d'attirer Marie et Jésus au milieu de nous. Si nous sommes pauvres en vertu, en piété, en perfection, en tout, nous les attirerons par le sentiment vif et l'aveu sincère de nos misères, par l'humilité, la contrition et les bons désirs de nos cœurs. Mais si nous voulons leur préparer et leur offrir un séjour qui leur plaise, une demeure où ils soient heureux de venir, de rester, de répandre des grâces abondantes et signalées, soyons purs et fervents, conservons-nous dans la paix et l'union, donnons à toutes nos maisons, à tous ceux qui les composent, ce qui en fait essentiellement la .gloire, ce qui fait la gloire, la sûreté et le mérite de tout religieux : l'accomplissement, en vue de Dieu seul, de nos saintes Règles.

Jamais un Frère qui étudiera bien Jésus, qui l'étudiera par Marie, ne se lassera dans sa vocation, ne se lassera de faire la classe. Eût-il cent ans à enseigner, il le fera toujours avec bonheur, pour parler de Jésus et de Marie à ses enfants, pour leur enseigner Jésus et Marie, les gagner tous à Jésus par Marie.

5 — D'après les paroles et les faits évangéliques, comme d'après la tradition, Marie est établie par Dieu le secours perpétuel et universel des chrétiens. Nous, en particulier, faisons profession de l'appeler notre Mère, notre première Supérieure, la Ressource ordinaire de tout l'Institut. Confions-nous donc entièrement à elle pour le corps et pour l'âme, pour le temps et pour l'éternité F attendons tout de sa protection, et dans le présent et dans l'avenir : nous sommes assurés qu'elle ne nous abandonnera pas.

Et, certes, ne mérite-t-elle pas, avec saint Joseph, toute notre confiance, pour tout ce qu'elle: a fait, avec lui, en notre faveur, pendant cette année? (Année de la guerre, 1870-71) N'est-elle pas toute miraculeuse la protection visible dont Marie et Joseph nous ont couverts? Nul accident grave ni dans nos personnes ni dans nos maisons ; pas un Frère pris par le sort, malgré les levées en masse qui se sont succédé. Quelques écoles publiques nous ont été enlevées ; mais nous avons l'espoir fondé qu'elles nous reviendront bientôt; quelques-unes sont déjà remplacées par des écoles libres.

Quoique la Maison-Mère et la Maison de Paris-Plaisance soient, de toutes nos maisons, celles qui ont le plus souffert, on peut dire encore qu'elles ont été, l'une et l'autre, visiblement protégées. Il est facile de comprendre que cinq mois d'occupation devaient laisser la Maison-Mère dans un pitoyable état de saleté et de dégradation, toutefois, point de dégâts, essentiels.

La maison de Paris, placée dans un des quartiers les plus exposés, a été six fois atteinte par des obus, et chaque fois légèrement. Il est même un fait extraordinaire entre autres, ct qui parait vraiment inexplicable. Un obus, du poids de 50 kilogrammes; s'ouvre un passage sur la façade principale, éclate en mille morceaux au troisième étage et pénètre au deuxième, en perçant le plancher. Tout est renversé, tout est bouleversé dans les deux salles ; les trous faits au plancher, aux boiseries des fenêtres et ailleurs, sont d'une netteté, d'une précision effrayante : on dirait le passage de la foudre. Plusieurs lits en fer ont les pieds tordus, huit gamelles appendues à leur tête sont littéralement broyées, et un soldat a son écuelle enlevée de dessus sa main. Cependant, malgré tout ce vacarme, aucun des soixante-dix blessés qui occupent les deux salles, n'éprouve la moindre égratignure.

Le fait a paru si surprenant, que l'excellent M. de Raze, chargé de l'ambulance, a voulu que le drapeau placé au-dessus de la maison, fût déposé à N.-D. des Victoires, dont il portait la. médaille.

Enfin, nos huit Frères de Paris ont pu échapper à temps à l'insurrection, sauf le C. F. Kilianus, arrêté à la gare du Nord, et conduit à la prison de Mazas, avec quatre Frères des Ecoles chrétiennes. Le bon Frère a donc payé sa dette et pris sa part, un peu pour tous, aux épreuves du moment ; mais il en a été quitte pour trois semaines de, détention, quelques bonnes inquiétudes, les premiers jours, et bientôt une parfaite résignation à tout ce que le bon Dieu voudrait de lui.

Relâché avec d'autres, à la chute d'un obus sur la prison, il eut k tourner et k retourner dans les rues de Paris, à travers les. postes et la mitraille, arrêté à chaque instant, sommé de prendre les armes et de travailler aux barricades; de telle sorte qu'il dut mettre neuf heures pour aller de Mazas à la rue d'Allemagne. Evidemment encore, la bonne Mère et le bon saint Joseph s'en sont mêlés ; car, malgré ces extrêmes dangers, il arriva sain et sauf à l'honorable famille Rivat, qui, déjà, avait favorisé l'évasion de ses confrères, et lui offrit un abri.


6 — Le R. F. Louis-Marie termine cette circulaire en suggérant les invocations suivantes :

« Visitez, ô Marie Immaculée, nous vous en supplions, visitez l'auguste Prisonnier du Vatican, l'incomparable et bien-aimé Pie IX ; et tirez-le des mains de ses ennemis, par la puissance du Verbe incarné, prisonnier lui-même dans votre chaste sein.

« Visitez, ô Marie, notre pauvre France, et rendez à la vie de la grâce tous ceux que le péché mortel a frappés, tirez-les de la captivité de Satan et dissipez toutes leurs erreurs.

« Visitez, ô notre bonne Mère, tous nos noviciats, pour y entretenir la ferveur et multiplier les bonnes vocations ; toutes nos écoles, pour en bannir le péché, y établir la crainte de Dieu et préparer à la religion et à la société une jeunesse très chrétienne; toutes nos communautés, pour y conserver la piété, la charité et la régularité ; tous les membres de l'Institut, pour les attacher à leur vocation et en faire des saints.


IV

LA VOCATION FERVENTE.

La Circulaire du 8 avril 1872 est une notice sur le Frère JEAN-BAPTISTE, Assistant, décédé le 5 février 1872.

Cette Circulaire qui traite principalement de la vocation fervente, ne peut, en raison de son étendue, être reproduite ni même suffisamment résumée ici. Nous ne pouvons qu'en indiquer quelques-unes des principales pensées.


I — Conditions fondamentales de la Vocation fervente : l'esprit sérieux et la pensée de l'éternité.

L'esprit sérieux, l'esprit solide et réfléchi a été la base et la règle constante de la vie du F. Jean-Baptiste : témoin ses écrits. Nous avons besoin de méditer, de réfléchir, sinon nous serons pauvres en foi, en piété, en vertu, et nous négligerons le spirituel, le surnaturel, le divin, l'éternel, c'est-à-dire tout ce qu'il y a d'essentiel, de capital, de souverainement important.

Les livres ascétiques du F. Jean-Baptiste ont un caractère vraiment sérieux : la raison y domine. Il faut, disait-il, aimer avec la tète beaucoup plus qu'avec le cœur. Tout en lui a eu un fonds solide et un but sérieux.

2 — L'esprit sérieux se forme, se conserve et se fortifie sur les motifs suivants : 1° Dieu lui-même, la crainte de l'offenser, l'amour et le service qui lui sont dus ; 2° Jésus-Christ, le besoin que nous en avons, les titres qu'il a à notre confiance et à notre amour ; 3° notre salut, sa nécessité, son importance, son excellence; 4° nos ennemis spirituels, le démon, le monde et la chair ; 5° les moyens de salut ; 6° nos devoirs d'état ; 7" les avertissements de la Providence ; 8° le bien général ; 9° le bien personnel.


V

SOUVENIRS CHRETIENS OU SOUVENIRS DE FOI.


La Circulaire qui traite de ces Souvenirs, est du 24 mai 1873 Nous ne pouvons, vu sa longueur, en donner ici que quelques pensées.
Pour entrer sérieusement dans la voie de la ferveur et de la perfection, nous avons besoin de faire appel aux deux grands mobiles de toute résolution énergique, de toute forte détermination : l'amour et la crainte.

La crainte et l'amour ne peuvent se soutenir dans le cœur que par le souvenir vivant et permanent des vérités de la foi, de l'éternité, de l'enfer et du Calvaire.

De là la nécessité de l'exercice de la mémoire et des autres puissances de l'âme.

La mémoire conserve le souvenir des choses et ravive ce souvenir, le réveille, s'il vient à s'affaiblir ou à s'endormir.

La mémoire est une puissance de conservation. L'entendement lui donne ses pensées à conserver ; le cœur, ses affections ; la volonté, ses désirs ; et généralement, ici-bas, tout lui est confié.
Premier Souvenir.
Souvenez-vous de quelle manière Jésus vous a parlé lorsqu'il était en Galilée. Il faut, disait-il, que le Fils de l'homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu'il soit crucifié, et qu'il ressuscite le troisième jour. (Luc, XXIV, 6, 7-)

Dans ces paroles, par lesquelles les Anges annoncent aux saintes femmes la Résurrection de Jésus-Christ, et rappellent ses profondes humiliations, nous avons une grande leçon à puiser et une grande résolution à prendre, la leçon et la résolution du Souvenir ; car notre mal est d'oublier.

L'Evangéliste dit, en parlant des saintes femmes : Elles se ressouvinrent alors des paroles, et, étant retournées du, sépulcre, elles racontèrent tout ceci aux onze Apôtres et à tous les autres. (Luc-, xxiv, 8,9.) Dès qu'elles se ressouviennent des paroles de Jésus, tous leurs doutes se dissipent. toutes leurs craintes s'évanouissent ; elles n'ont plus qu'un désir : annoncer aux Apôtres et à tous les disciples que Jésus est vraiment ressuscité.
Deuxième Souvenir.
Nous n'avons point ici de cité permanente mais nous en cherchons une où nous devons habiter un jour. (Hébr., XIII, 14.)

La cité que nous cherchons, que nous devons chercher, c'est le ciel. Voilà le sujet capital sur lequel nous devons exercer souvent toutes les puissances de notre âme parce que seules, avec l'aide de la grâce, elles doivent le conquérir.

1° La mémoire en éveille l'idée ; elle rappelle les enseignements de la foi sur le ciel, elle ravive toutes les pensées du ciel, tout ce que les saints en ont dit, les images, les comparaisons et les suppositions, qu'ils en ont données.

2° L'imagination, avec sa puissance de représentation, saisit ces images, ces suppositions, ces comparaisons, s'en empare et fait la construction du lieu ; c'est-à-dire que, dans la mesure de ses forces et de la foi, elle met le ciel comme en évidence devant. l'entendement.

3° L'entendement, ainsi éveillé, excité et servi par la mémoire et par l'imagination., examine, considère, réfléchit, et bientôt, pour peu qu'il soit attentif, il comprend, il sent, il voit clairement que rien ne peut être mis en parallèle avec le ciel ; qu'en excellence, en perfection, en étendue de richesse, de gloire et de bonheur le ciel surpasse tout ce que peut concevoir l'esprit humain ; qu'il est donc souverainement désirable, et qu'il faut le conquérir à tout prix, surtout si l'âme considère qu'elle est placée dans la redoutable et inévitable alternative d'être éternellement dans le ciel, ou éternellement dans l'enfer.

4° Etant donnée la lumière qui fait une si vive impression sur l'entendement, le cœur et la volonté suivent aussitôt ; l'amour et le désir, toujours en rapport, avec la lumière et les connaissances, se portent, avec tout l'élan possible, vers le souverain bonheur, le demandent avec ardeur, et n'ont nulle peine à se déterminer aux actes les. plus généreux pour l'acquérir.

On ne peut dire combien est puissant l'exercice des facultés de l'âme dans les choses de la foi, quand il se fait avec soin sous l'action du Saint-Esprit.
Troisième Souvenir.
Seigneur, disait à Jésus un des voleurs crucifiés avec lui, souvenez-vous de moi quand vous serez entré dans votre royaume. Et Jésus lui répondit : Je vous le dis en vérité, vous serez aujourd'hui même avec moi dans le paradis. (Luc., XXIII, 42, 43.)

Nous devons apprendre du larron pénitent, à n'avoir souci que de vivre dans le souvenir de Jésus. Nous n'avons rien à attendre des souvenirs humains.

Dieu nous retient sur l'abîme de l'éternité, où tout va s'engloutir, et où nous pouvons tomber nous-mêmes de minute en minute.

A chaque instant, toutes les opérations de nos sens et de nos facultés vont s'abîmer dans le gouffre du passé et de l'éternité.

Dieu se souvient de nous, s'occupe de nous, fait, pour nous conserver la vie naturelle, autant d'actes d'un amour infini que notre cœur donne de battements et de pulsations.

Si nous pensions à ces vérités, nous ne pourrions assez admirer que Dieu s'occupe ainsi de nous, ni assez l'en remercier ; nous n'oserions jamais rester, même une seconde, dans le péché mortel ; nous apporterions le plus grand soin à bien profiter du temps, à faire de tous les battements de notre cœur autant de mouvements de la vie surnaturelle, autant d'actes d'amour envers Dieu.


Quatrième Souvenir.
Le Consolateur, l'Esprit-Saint que mon Père enverra en mon nom, vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit. (Jean, XIV, 26.)

Les Souvenirs de foi ont diverses excellences : ils ont pour principe, pour auteur et pour maître Dieu lui-même ; ils sont comme l'âme de la Religion ; ils produisent dans l'âme de salutaires effets en en bannissant les pensées et les affections d'orgueil et de sensualité, en lui donnant une occupation toute divine, et en combattant dans le religieux un défaut très funeste, l'oubli et la négligence.


Cinquième Souvenir.
On donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance ; mais pour celui qui n'a • point, on lui ôtera même ce qu'il a ou semble avoir. (Matth., XIII, 12.)

Ces paroles, pour le religieux, signifient que, s'il est attentif à nourrir son esprit et son cœur des souvenirs de la foi. il accroît chaque jour son trésor spirituel, ajoute sans cesse au riche fonds de son âme dans les choses du salut, et enrichit sa mémoire de maximes saintes, de réflexions solides, de sentences remarquables, de traits édifiants, etc. ... Le religieux, au contraire, qui néglige les études religieuses, s'appauvrit de plus en plus, perd de plus en plus le goût des études et des lectures saintes, les oublie plus souvent et se met toujours plus à découvert devant ses ennemis spirituels. A celui qui n'a point, on ôtera même ce qu'il a ou semble avoir.


Sixième Souvenir.
L'homme de bien tire de bonnes choses du bon fonds de son cœur, et le méchant homme en tire de mauvaises de son mauvais fonds ; car la bouche parle de la plénitude du cœur. (Luc., VI, 45.)

Pour nous, l'homme de bien est le bon religieux; et le bon fonds est le fonds de foi, un riche trésor de souvenirs spirituels, de pensées saintes, d'affections pieuses, de doctrine chrétienne et religieuse.

Le religieux qui vit dans la négligence et l'oubli des choses du salut, s'il n'est pas encore le méchant homme qui tire de mauvaises choses d'un mauvais fonds, c'est du moins un homme en qui les pauvretés spirituelles s'accumulent chaque jour : pauvres prières, pauvres exercices de piété, pauvre travail, pauvres actions, pauvres conversations.
Septième Souvenir.
Celui qui n'est point avec moi est contre moi ; et celui qui n'amasse point avec moi, dissipe. (Luc-, XI, 42)

Le religieux qui se nourrit des souvenirs de foi, qui est homme de foi, sait se mettre à l'abri de cette terrible parole du divin Maître : Celui qui n'est point avec moi est contre moi. Il a soin d'être toujours franchement avec Dieu, avec Jésus-Christ, avec sa règle, sa vocation, ses emplois, ses supérieurs, ses confrères, son Institut ; il met sa gloire à défendre la piété et l'autorité, à relever la mission du Frère instituteur, à déplorer le malheur de ceux qui y sont infidèles, en un mot, à bien faire toutes choses, de manière à être un des riches de l'éternité.

Au contraire, il est le dissipateur des dons de Dieu, il ne peut pas dire qu'il est avec Jésus-Christ, le religieux qui est sans estime pour les grandes richesses de l’éternité, sans faim ni soif du royaume et de la justice de Dieu ; qui manque d'esprit de foi, qui est sans souci des plus chers intérêts de son âme, qui est si peu avec sa règle, avec ses supérieurs, et beaucoup avec lui-même, avec son esprit propre, sa petite suffisance, et presque toujours à la recherche de ses aises et de ses commodités.
Huitième Souvenir.
Un homme, dit Jésus-Christ, fit un jour un grand souper auquel il invita plusieurs personnes. A l'heure du souper, il envoya son serviteur dire aux conviés de venir, parce que tout était prêt ; mais tous, comme de concert, commencèrent à s'excuser. (Luc., XIV.)

Dans ces excuses des invités, nous trouvons les trois grands obstacles aux souvenirs de foi, la triple concupiscence des honneurs, des richesses et des plaisirs, à laquelle le religieux oppose les vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance.


Neuvième Souvenir. –
Chrétien, souviens-toi que tu as aujourd'hui Un Dieu à glorifier, Jésus-Christ à imiter, etc. ...

C'est ce qu'on appelle la Journée du Chrétien, renfermant dix- huit devoirs dont l'obligation est actuelle, perpétuelle, universelle, capitale pour tout chrétien, religieux ou séculier, prêtre ou simple fidèle.

La première conclusion de toutes ces réflexions sur les souvenirs de foi doit être pour nous d'étudier et de méditer la vie des saints, de nous animer sans cesse par l'exemple de leurs vertus, par la constance et la grandeur de leur courage. La seconde conclusion, c'est que nous devons faire une guerre sans relâche à la négligence et à l'oubli dans les choses de la foi.



Dostları ilə paylaş:

©2018 Учебные документы
Рады что Вы стали частью нашего образовательного сообщества.
?


history-of-the-christian-90.html

history-of-the-christian-95.html

history-of-the-christian.html

history-of-the-periodic.html

history-of-the.html